Un peu d’histoire…

 

Saint Jacques dit le Majeur était fils de Zébédée et de Marie-Salomé, et frère de Jean l’Evangéliste. L’un des plus ardents apôtres, il était appelé par le Christ, « fils du tonnerre ».
Saint Jacques reçut l’ordre d’évangéliser l’Occident. Il débarqua à Padron, en Galice, et échoua plus ou moins dans sa mission. Découragé, il repartit en Palestine. Il y fut décapité sur ordre du roi Hérode en l’an 44.
Sa dépouille fut déposée dans une barque par quelques-uns de ses disciples qui prirent place à ses côtés. Selon la légende, la barque s’échoua dans l’estuaire du fleuve Ulla à Padron.

Pourquoi une Coquille Saint-Jacques ?

 

Au Moyen-Age, les jacquets, jacquots, jacquaires, jacotes, jacquines, pouvaient être aussi bien des princes, des paysans, des chevaliers, des clercs, des artisans, des servantes, alertes ou estropiés …
La légende dit qu’un chevalier jacquot a voulu traverser le bras de la rivière à Padron.
Comme il s’enlisait, des coquilles Saint-Jacques lui firent un pont et il fut sauvé.
Il est dit « qu’on mérite sa coquille quand on arrive à Compostelle. »

Pourquoi « Compostelle » ?

 

En 813, selon la prophétie de l’ermite Pelage, des bergers alertés par une étoile scintillant au-dessus de cet endroit, prévinrent l’évêque d’Iria Flavia, Théodémine, qui découvrit le sarcophage. Le roi des Asturies, Alphonse II le Chaste, bâtit une église pour l’apôtre et l’on nomma l’endroit « Compostelle » du latin campus stellae « champ de l’étoile » qui connut aussitôt une immense renommée à travers la chrétienté.